Théo Combes, un amateur
chez les pros

Patrick et Théo Combes sont présents depuis huit ans maintenant sur le festival. © Maxime Baron / ESJ Montpellier

Vendredi soir, Théo Combes (24 ans), étudiant en école de photographie à Toulouse, a présenté sa propre série d’images, aux Entrepôts Larosa. La projection a eu lieu sous les yeux de ses parents, Patrick et Hélène, bénévoles du Festival. La famille Combes est l’une des belles histoires de cette édition du festival ImageSingulières.

Depuis deux mois, la famille Combes court dans tous les sens. Après avoir aidé à monter l’exposition à la Maison de l’Image Documentaire (MID), Patrick Combes (56 ans) s’est attelé à celles des Entrepôts Larosa. L’artisan du bâtiment y a retrouvé sa femme Hélène, sa belle-sœur Françoise et son fils Théo, eux aussi bénévoles. Une aventure que la famille Combes partage avec le festival depuis maintenant huit ans.

« ImageSingulières, c’est la convivialité et le partage »

Peu de temps après leur arrivée à Sète, il y a dix ans, Patrick et Hélène se sont rendus au festival ImageSingulières. « Je ne suis pas un expert de la photo mais ça m’intéresse, informe Patrick. J’ai été séduit par la première édition. » Alors quand un an plus tard, il découvre un mail de l’organisation qui recherche des bénévoles pour l’événement, il n’hésite pas. « ImageSingulières, c’est la convivialité et le partage », confie le responsable du bar. À ses côtés, sa femme Hélène et son fils Théo acquiescent.

Au bar du Black Out, à Montpellier, Théo Combes a réalisé un projet photo. © Théo Combes

« Pendant plusieurs années, Théo a également été bénévole au bar, indique le père de famille. Ça lui a permis de mettre un pied dans le monde de la photo. » À la suite de son Bac Pro Aménagement des territoires, le jeune homme profite de son job de barman au Black Out à Montpellier, afin de réaliser un projet photo. « Je captais ce qui se passait durant la soirée ou à la fermeture, précise Théo. Les clients ? Ils s’y sont vite habitués, j’étais le barman-photographe (sourires) ».

« La projection a été une belle surprise pour son père »

Aujourd’hui, Théo Combes est en dernière année d’études à l’Ecole de la Photographie à Toulouse. Il est conseillé par Gilles Favier, le directeur artistique du festival : « Théo progresse, son projet au Black Out est de qualité. L’an dernier, il est parti en Australie afin d’améliorer son anglais et acquérir de l’expérience. »

Le directeur a retenu plusieurs séries de photos d’étudiants en école afin de réaliser une projection dont celles de Théo. « Ça a été une belle surprise pour Patrick. Il était ému », glisse Gilles Favier. Un moment que la famille gardera longtemps en mémoire.

Maxime BARON